La réalisation des objectifs énergétiques et climatiques fixés par la Tunisie à l’horizon de 2030 nécessite la mobilisation de l'ensemble des acteurs et des agents économiques et l’implication de tous les secteurs.

Le secteur public, compte tenu de l’étendue de son patrimoine et de l’importance de sa consommation d'énergie, devra servir d’exemple pour les autres secteurs et occuper donc une place prépondérante dans la mise en œuvre de ces stratégies.

Suite aux différents événements de concertation organisés au cours de l’année 2017 avec les organismes publics et les différents corps de contrôle, un plan d’action de maîtrise de l’énergie (PAME) à court terme a été arrêté couvrant la période 2018-2020.

Ce plan d’action permet aux organismes publics d’identifier les actions à entreprendre en vue de réduire la consommation d’énergie et de fixer des objectifs énergétiques (Efficacité énergétique et énergies renouvelables) et climatiques.

Les actions prévues dans le PAME 2018-2020 pour atteindre les objectifs précités sont les suivants :

1. La mise en place d’une plateforme de collecte et d’analyse de données énergétiques :

plateforme vise à rassembler les données énergétiques des activités des différents organismes et à calculer les indicateurs de consommation en vue de/d’ :

  • Identifier le potentiel d’économie d’énergie et de recours aux énergies renouvelables ;

  • Déterminer et hiérarchiser les mesures d’optimisation à entreprendre ;

  • Suivre les performances énergétiques en fonction des actions correctives et préventives entreprises ;

  • Comparer les performances de différents bâtiments au sein d’une même structure ;

Cette action a été prise en charge par l’ANME et la plateforme sera opérationnelle au cours du deuxième semestre 2018.

2. La réalisation d’études afin de quantifier l’enveloppe d’investissements dans les mesures d’efficacité énergétique et de recours aux énergies renouvelables :

Des audits énergétiques obligatoires et périodiques et des études de faisabilité liées aux énergies renouvelables et aux technologies performantes (cogénération, climatisation au gaz, etc…) sont réalisés tous les 5 ans, comme le stipule le décret 2004-2144. Ils permettent d’identifier les mesures d’optimisation à entreprendre, de déterminer les investissements à mobiliser et de fixer des objectifs quantitatifs et qualitatifs claires.

La mise en œuvre d’un programme de renforcement de capacités des acteurs de la maîtrise de l’énergie dans le secteur public : ce programme prévoit une série de sessions de formations et de sensibilisation orientées vers les différents niveaux décisionnels de l’organisme (Directeurs généraux, responsables financiers, responsables énergie, responsables de maintenance, etc…).

Il prévoit également de préparer le terrain pour la certification des organismes publics selon la norme ISO50001 (Système de Management de l’Énergie – SME) à travers l’organisation de sessions de formation certifiantes au profit des cadres managériaux.

 

Tertiaire
  • 30%
    Taux de pénétration des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030
  • 30%
    Réduction de la demande d’énergie primaire en 2030 par rapport à un scénario tendanciel
  • 41%
    Réduction l'intensité carbone en 2030 par rapport au niveau de 2010