Les exploitations agricoles constituent une cible essentielle nécessitant l’installation de panneaux photovoltaïques non connectés au réseau. Cette technologie contribue, en plus de l’optimisation du pompage de l’eau, à améliorer leur performance énergétique afin de réduire leur besoin en eau pour l’irrigation.

En effet, le pompage d’eau est considéré parmi les principaux procédés nécessitant le recours à l’énergie solaire photovoltaïque non raccordée au réseau en Tunisie. Pour ce faire, cette technologie a été prise en compte depuis les années 1990 dans le cadre de projets de démonstration. Elle a été par la suite adoptée par la suite par le Ministère de l’Agriculture comme solution alternative fiable pour couvrir les besoins en eau potable des populations des zones lointaines, notamment dans le sud tunisien. Le nombre d’installations de pompage solaire d’eau potable est estimé à environ une centaine de stations.

Durant ces dernières années, l’augmentation des prix de vente du gasoil, combinée à la baisse des coûts des systèmes solaires photovoltaïques et la mise en place des primes spécifiques par le Fond De Transition Energétique (FTE) ont changé la donne. En effet, le recours au solaire photovoltaïque pour le pompage d’eau destinée à l’irrigation est devenu de plus en plus rentable économiquement, notamment au niveau des puits utilisant le gasoil.

Il est à noter que les installations de pompage solaires dans le secteur agricole peuvent bénéficier des subventions dans le cadre de la loi de l’investissement. Ces primes sont gérées par l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA) et peuvent atteindre 60% des coûts des installations de pompage.

L’exploitation du solaire photovoltaïque hors réseau électrique a démarré en Tunisie dans les années 1980 au niveau des zones rurales non raccordées au réseau électrique afin de subvenir aux besoins électriques de la population n’ayant pas accès au réseau électrique national.

Les installations photovoltaïques, destinées aux populations à faibles revenus, contribuent à réduire leurs dépenses en matière d’utilisation d’énergie.

Ces installations ont été subventionnées à plus de 90% par le budget de l’Etat dans le cadre des programmes annuels menés conjointement par l’Agence Nationale pour l’Energie (ANME) et les conseils régionaux des gouvernorats concernés. Au total, 12 000 ménages ont été équipés par des kits solaires de 100 Wc.

Néanmoins, le développement du réseau électrique national et la rapidité de son extension dans le milieu rural ont limité considérablement le potentiel de l'électrification décentralisé par le solaire photovoltaïque. Depuis 2009, les systèmes photovoltaïques pour l’électrification décentralisée sont réalisés directement par les clients souhaitant acquérir ces systèmes.

Ces derniers bénéficient de la subvention accordée par le Fonds de Transition Énergétique (FTE)

Solaire Photovoltaique
  • 30%
    Taux de pénétration des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030
  • 30%
    Réduction de la demande d’énergie primaire en 2030 par rapport à un scénario tendanciel
  • 41%
    Réduction de l'intensité carbone en 2030 par rapport au niveau de 2010