Les productions d’électricité et de chaleur peuvent être produits et utilisés en cogénération de manière simultanée à partir d’une même énergie primaire et au sein de la même installation. L’électricité est produite à partir d’un alternateur couplé à un moteur thermique ou bien une turbine.

En même temps, la chaleur est produite suite à la valorisation de l’énergie thermique fatale dégagée par le système. 

Un projet de cogénération doit veiller au respect de deux points essentiels afin d’optimiser l’utilisation de la ressource combustibles; à savoir le rendement global qui doit dépasser les 60% et le rapport de récupération thermique qui doit être supérieur ou égal à 50%.

L’ANME a impliqué les différentes parties prenantes du secteur dans le processus d’approbation des études déposées en vue de promouvoir cette technologie. Le projet est présenté à la Commission de Consultation Préalable de Cogénération (CCPC), composée de l’ANME, la DGE et la STEG, pour avis technique, qui émet un avis technique sur le projet.

Si le projet de cogénération est jugé économe en énergie selon les termes du décret 2000-3232 relatif à la cogénération, l’ANME délivre à l’entreprise une attestation confirmant le caractère économe en énergie. Les entreprises souhaitant opter pour la cogérénation peuvent bénéficier d’une prime de 70% du coût de l’étude de faisabilité avec un plafond de 30 mille dinars et d’une prime de 20% du coût des investissements matériels avec un plafond de 200 mille dinars.

Procédure Cogénération

 
Industrie
  • 30%
    Taux de pénétration des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030
  • 30%
    Réduction de la demande d’énergie primaire en 2030 par rapport à un scénario tendanciel
  • 41%
    Réduction de l'intensité carbone en 2030 par rapport au niveau de 2010