Dans le cadre son plan d’action pour la maîtrise de l’énergie, l’ANME a inscrit le programme PROMOFRIGO comme une action phare permettant de réduire significativement la consommation d’électricité auprès des ménages.

Ce programme, qui démarre en 2021 et qui s’étale sur 5 ans, vise à renouveler des réfrigérateurs considérés comme peu performants et leur substitution par des équipements plus efficaces de classe énergétique 1.

Ce projet permet d’atteindre les objectifs suivants : Remplacement de 400 000 réfrigérateurs âgés de plus de 10 ans et relevant des classes énergétiques supérieures à 3 par des nouvelles unités économes en énergie (classe 1) sur une période de 5 ans.

Récupération et recyclage « sécurisé » des anciens réfrigérateurs Avec de tels objectifs, le programme conduira aux avantages suivants :

Économie d’énergie, ce qui se traduira par

  • Une réduction des subventions futures des consommations d’électricité accordées par l’Etat;
  • Une réduction du budget énergie pour les consommateurs;
  • Protection de l’environnement;
  • Des gains en CO2 liés à l’économie d’énergie;
  • Une sécurisation de la destruction du gaz HCFC Développement de la filière industrielle suite à l’augmentation des ventes générées par le remplacement accéléré des réfrigérateurs usagés ;

Développement de nouvelles filières dans l’économe nationale, notamment liés au recyclage des anciens réfrigérateurs.

Le choix du réfrigérateur comme appareil cible est très pertinent étant donné que le froid constitue la part la plus importante de la consommation des ménages tunisiens.

Comme le démontre le graphique suivant issu des enquêtes résidentielles de la STEG, la consommation moyenne des réfrigérateurs est de 38% entre 1989 et 2014. La conception du mécanisme institutionnel et financier du programme a été réalisée par l’ANME.

Une aide financière de la coopération italienne se mise en œuvre pour la phase pilote qui consiste à remplacer 5000 réfrigérateurs dans le gouvernorat de Tozeur à partir de 2021.

Bâtiment
  • 30%
    Taux de pénétration des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030
  • 30%
    Réduction de la demande d’énergie primaire en 2030 par rapport à un scénario tendanciel
  • 41%
    Réduction de l'intensité carbone en 2030 par rapport au niveau de 2010