Depuis plus de trois décennies, la Tunisie a adopté une politique volontariste de maîtrise de l'énergie visant la promotion de l’utilisation rationnelle de l’énergie et le développement des énergies renouvelables.

En dépit des efforts consentis en la matière, la situation énergétique s’est caractérisée par un déficit croissant de la balance énergétique, une augmentation de la facture énergétique et une dépendance accrue à l’égard des énergies fossiles. A ces contraintes énergétiques, viennent s’ajouter des contraintes associées à la sécurité énergétique, la compétitivité économique, la prise en considération de la dimension sociale et l’impératif climatique inhérent à la consommation des énergies fossiles.

Face à ces défis auxquels le système énergétique a été confronté, la Tunisie s'est engagée, depuis 2013, dans une politique de transition énergétique à moyen et long termes, basée sur le renforcement de l’efficacité énergétique et le recours à grande échelle aux énergies renouvelables. La création du Fonds de Transition Energétique en 2013 et la promulgation de la loi relative à la production d'électricité à partir des énergies renouvelables en 2015, représentent des leviers importants d'accompagnement de cette politique qui vise un changement profond du paysage énergétique tunisien.

Dans ce contexte, étant l'acteur principal dans la mise en œuvre de la politique de l'Etat dans le domaine de maîtrise de l'énergie, l'ANME est appelée à jouer un rôle fondamental dans le processus de transition énergétique, notamment à travers l'élaboration des études stratégiques, sectorielles et spécifiques. Ayant un caractère rétrospectif et prospectif, ces études représentent un outil incontournable permettant d'éclairer les décideurs sur les perspectives et enjeux de la transition énergétique. Elles permettent de définir les objectifs de la politique de maîtrise de l'énergie et les orientations stratégiques en proposant un plan d'actions muni de mesures d'accompagnement nécessaires à sa mise en œuvre sur les plans institutionnel, réglementaire, financier et en termes de renforcement des capacités.

A cet effet, les travaux phares menés à ce jour ont porté principalement sur :

  • L'élaboration des études stratégiques dans les domaines de l'utilisation rationnelle de l'énergie, le développement des énergies renouvelables et l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre. Ces études sont actuellement en cours d'actualisation ;
  • La réalisation des études sectorielles, notamment, sur le mix énergétique pour la production d'électricité et le Plan Solaire Tunisien ;
  • La conduite des études spécifiques sur le financement de la maîtrise de l'énergie, notamment la restructuration du Fonds National de Maîtrise de l'Energie (FNME) et l'opérationnalisation du Fonds de Transition Energétique (FTE);
  • La conduite d'une étude de réforme institutionnelle de l'ANME permettant à l'Agence de se doter des moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs stratégiques et fonctionner de façon optimale et performante;

Les principaux objectifs résultant de ces études et adoptés par les pouvoirs publics visent à l’horizon 2030 de :

  • Réduire la demande d’énergie primaire de 30% par rapport à un scénario tendanciel ;
  • Porter la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à 30% ;
  • Réduire l'intensité carbone dans le secteur de l'énergie de 46% par rapport à celle de 2010;
  • 30%
    Taux de pénétration des énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030
  • 30%
    Réduction de la demande d’énergie primaire en 2030 par rapport à un scénario tendanciel
  • 41%
    Réduction l'intensité carbone en 2030 par rapport au niveau de 2010